Les Fous de Barchetta

(TUTO) Ralenti instable : Partie I : Ralenti instable d’origine mécanique par oxydation, encrassement, assèchement, grippage... L’électrovalve de ralenti...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

(TUTO) Ralenti instable : Partie I : Ralenti instable d’origine mécanique par oxydation, encrassement, assèchement, grippage... L’électrovalve de ralenti...

Message par Rossi le Mer 14 Aoû - 7:33

Article technique réalisé par Pascal BRETHENOUX pour le barchetta club de France le 25/02/2008...
Modèle présenté : Fiat barchetta pack 04/1995, première main et 65000 Km...
Introduction :
Il existe de nombreuses causes de ralenti instable sur la Fiat barchetta, cependant avant de se lancer dans des investigations multiples et coûteuses, quelques gestes simples permettent souvent de palier au problème... Dans cette première partie, on va identifier les causes de ralenti instable ne nécessitant aucun changement de pièces ni passage au "Fiat Alfa testeur" (valise diagnostic) mettant en cause souvent des capteurs défaillants. Ici, il s’agira d’aborder le ralenti instable par oxydation, encrassement des éléments purement mécaniques intervenant dans le ralenti.
I. Electrovalve de réglage du régime de ralenti : (encore appelée actualisateur de ralenti)
Présentation :
Cette électrovalve est située sur le corps du papillon où elle est purement et simplement vissée par l’intermédaire d’un joint papier. Une connexion électrique l’a relie à la centrale d’injection en autre.

A quoi cela sert :
L’électrovalve, montée sur le corps du papillon, intercepte un passage d’air qui ayant été prélevé en amont du papillon, le restitue en aval : Elle a pour but d’assurer au moteur l’air additionnel dont il a besoin pour continuer à fonctionner avec le papillon fermé et dans toutes les conditons où cela est nécessaire (ralenti point mort, décélération). Cette quantité d’air dont le moteur a besoin est différent en fonction des situations : simple ralenti de point mort (taux constant), décélération (taux variable). Il y a donc intervention d’une soupape qui est de type proportionnelle. L’obturateur de cette soupape est solidaire d’un noyau métallique, entouré d’un enroulement électrique : sa commande est donc électrique et son mécanisme mécanique : c’est à dire qu’il sagit d’un élément mécanique mis en oeuvre électriquement : l’électrovalve.
Fonctionnement :
Je vous épargne le cours d’électricité : En gros, c’est la valeur variable de l’intensité du courant qui parcourt l’enroulement qui crée un champs magnétique variable permettant l’ouverture variable de la valve et donc de la circulation d’air entre l’amont et l’aval du papillon.
Panne :
La partie métallique et celle électrique peuvent être le siège d’encrassement et d’oxydation empêchant une bonne ouverture fermeture de la soupape ou une perturbation du signal électrique.
Entretien :
Je recommande cette opération relativement simple tous les changements de distributions (80000 km ou 5 ans) en usage mixte, 100 000 km en utilisation campagne et tous les 50 000 km si la voiture est utilisée quasi exclusivement en ville. En cas de filtre type admission directe ou dynamique : ces délais sont à diviser par deux.
1. On débranche la connexion électrique. Si elle est oxydée, elle est siège de faux contacts et source de ralenti instable : un coup de nettoyant contact lui fera le plus grand bien.

2. On démonte avec un bon tournevis cruciforme les deux vis de part et d ’autre. Je conseille de laisser imbiber avec du dégrippant quelques heures car elles sont souvent oxydées et de les changer si elles sont trop abimées.

3. On l’enlève en tirant dessus :

on constate que l’étanchéïté est faite par un joint papier qu’on ne peut pas récupérer et qui reste coller aux différents plans. On voit deux orifices : l’un prenant l’air avant le papillon et l’autre le faisant rentrer après le papillon.
4. On sépare les deux parties de l’électrovalve en enlevant les deux petites vis cruciformes et on a :

. D’un côté la partie de commande électrique : On ne peut pas l’ouvrir mais on aperçoit l’élément électromanétique qui agira sur la tige métallique visible dans l’autre partie pour ouvrir la valve.

. De l’autre, la partie purement mécanique avec à l’intérieur : la tige qui agira sur la valve située à l’extrémité et que l’on voit pas. On peut constater l’existence de la valve en tirant ou en enfonçant légèrement la tige avec le doigt. Ici, il s’agit d’une photo du système nettoyé.

C’est à ce niveau que tout est encrassé : tout est plein de graisse noire, à moitié sêche et de dépôts de calamine sorte de déchets d’huile à moitié brulés. La valve cachée au fond doit être dans le même état et l’ouverture/fermeture ne doit pas être complètement étanche : le ralenti est instable. De même la tige couverte de dépôts coulisse mal et perturbe le fonctionnement de la valve.
5. On nettoie cette partie métallique :
. D’abord on nettoie le plan joint : si on le fait à la fin, on remet des débris dans les pièces que l’on vient de nettoyer !... Il ne doit subsister aucune trace du joint sur le plan métallique : je racle le plus gros au cutter puis un coup de très fin papier de verre et enfin de l’acetone pour enlever les derniers résidus de colle et dégraisser.

On fait de même sur l’autre plan sur le corps de papillon sauf que là, il faut boucher les trous avec des petits morceaux de torchon pour éviter de faire tomber des saletés dans le papillon et donc dans le moteur !...

. On met à forte dose du nettoyant moteur à plusieures reprises jusqu’à remplir la pièce : on secoue violemment en bouchant les trous avec les doigts. On vide : tout un tas de débris plus ou moins gros vont sortir. On répète l’opération jusqu’à ce que plus rien ne sorte.

Puis on poursuit le nettoyage avec un excellent nettoyant : le nettoyant pour frein : même méthode qu’auparavant.
Et enfin : On lubrifie les pièces qui sont en mouvement en mettant du W40 à très forte dose qu’on laisse agir plusieures heures.

6. On remonte : opération inverse sauf que l’on a plus de joint papier. Introuvable chez Fiat, on le remplace par de la Loctite joint qui ira très bien : pâte bleue ou dorée comme sur les photos qui va vulcaniser à chaud. Attention, et c’est très important, en mettre uniquement une fine couche sur un seul des plans.

7. On démarre, le ralenti est parfaitement stable dès le démarrage, ce qui n’était pas le cas avant nettoyage, et se normalise rapidement à 850 tours minutes : on laisse chauffer jusqu’à enclenchement des ventilos (20 minutes).
Prix et référence des pièces :
Alors là, j’ai une mauvaise surprise : Fiat ne produit plus ni l’électrovalve et son joint, ni la papillon d’admission, ni même d’ailleurs les manchons en caoutchoucs du filtre à air et bien d’autres pièces d’ailleurs pour toutes les barchettas qui ont le débitmètre non incorporé au papillon c’est à dire jusqu’au numéro non inclus de véhicule 00037640 soit le numéro de chassis ZFA....38168 ou bien à partir du 05/1998 non inclus : Il faudra se rabattre sur des pièces d’occasions en particulier sur Ebay.
Auteur Pascal BRETHENOUX, droit de propriété intellectuelle par DiSSa 2008 : copie à l’identique et sans but lucratif uniquement autorisée.
avatar
Rossi
Admin

Messages : 380
Points : 591
Date d'inscription : 02/08/2013
Age : 38
Localisation : Vannes - 56 - Bretagne

Voir le profil de l'utilisateur http://lesfousdebarchetta.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum